Ce soir là, j'étais avec mon compagnon et nous avons été au restaurant.

J'avoue que l'on s'est alcoolisé et que je ne me sentais pas capable de conduire.

Dans la voiture, on s'est disputé sévère. Il s'est raccompagné chez lui, avec ma voiture, et m'a dit de dégager.

 J'étais dans un quartier sensible et rongée par la colère.

J'ai pris ma voiture, j'ai tourné à droite, encore à droite et quand j'ai vu que le feu allait passer au rouge, au lieu de ralentir, j'ai accéléré.

Au cause de la vitesse, je n'ai pas pu prendre mon virage et je me suis encastrée, dans un mur. Là encore, pas un ongle de cassé. En revanche, plus de voiture.

La police est arrivée et j'ai été contrôlée positive.

Je me suis fait retirer mon permis et me suis retrouvée en cellule de dégrisement.

Moralement, j'ai souffert. Si j'avais accidenté une personne, je pense que je ne m'en serai jamais remise.

les flics m'ont fait une bonne leçon de morale

Mais moi, je ne me suis pas pardonné. J'ai décide de démanger et de disparaître.

J'étais beaucoup trop rongée par la culpabilité.

J'ai quitté mon compagnon, avec qui j'étais restée 13 ans et demi, et j'ai disparu.

Je ne me suis même pas présenté à l'audience, tellement j'étais honteuse et pleine de culpabilité.

Je me suis retrouvée avec deux ans de retrait de permis, 3 mois de prison, avec sursis et 1000 Francs d'amende.

 Je l'ai récupéré 5 ans, plus tard.

Au bout de deux ans, je ne suis même pas allée cherché mon permis.

J’avoue que cette histoire a fait voler ma vie, en éclat.

Je suis tombée en grave dépression et me suis retrouvée dans la solitude la plus totale.

Avril 1999, ça a été une vie à zéro.

 

Avec du recul, je pense que les amis auraient pu comprendre, mais c'était au dessus de mes forces.

Je suis très dure avec moi-même. Je voulais juste disparaître et ne plus voir personne.

Avec mon compagnon, notre relation n'allait plus.

On s'est donné RDV sur le parking d'une grande surface et on s'est quitté. A partir de ce jour, je ne l'ai plus jamais revu.

 

J'ai quitté un appartement magnifique, pour me retrouver dans une merde, à Gennevilliers.

La ville de tous mes cauchemars.

Je n'ai repris le volant que 7 ans, plus tard. Puis, j'ai revendu ma voiture et je ne conduis plus.