Comme je l'ai dit en introduction, à ma naissance (1973), mon cas était jugé tellement grave, que les médecins étaient convaincus que j'allais mourir et m'ont laissé un mois en observation, avec le minimum vital, car mes parents ne souhaitaient pas d'acharnement thérapeutique.

 Je suis née avec une infection urinaire et on me donnait juste un Doliprane, par jour.

 Pour les médecins, vu comment je suis née, complètement repliée sur moi-même, il n'y avait que le cerveau qui n'avait pas été touché. Pour eux, tous les organes internes étaient écrasés...

A cette époque là, il n'y avait pas d’échographie. Par conséquent, ils ne pouvaient pas savoir.

 Ils ont accepté de me confier une matinée, à ma mère, pour me faire baptiser.

Au bout d'un mois, voyant que je ne décédais pas, ils se sont dit que ce n'était peut-être pas si grave que ça.

 Les médecins ont commencé à me mettre des tendeurs aux jambes, pour les déplier. Mais cette méthode me faisait atrocement souffrir.

Par conséquent, ils ont commencé les interventions chirurgicales.

 Je suis restée deux ans à l'hôpital. Je rentrais chez moi de temps en temps.

 J'ai subi 8 lourdes interventions chirurgicales, en deux ans.

Je peux dire que je suis un cobaye de la science car ils ont testé des interventions, sur moi.

 J'étais prise en charge par un excellent professeur, le professeur BENSAHEL, assisté par des élèves.

 Je suis née avec une double luxation des hanches, un genoux recurvatum, un genou avec une minuscule rotule, un pied bot et un pied plat.

 J'ai aussi fait un rejet de matériel. A ce moment là, j'étais chez mes parents. Ma mère a appelé un médecin qui lui a dit que si j'allais à l’hôpital, on m’amputerait de la jambe.

Il est resté près d'une semaine, jours et nuits, pour enrayer l'infection. Il a sauvé ma jambe.

J'ai quand même marché à 17 mois. J'étais très volontaire. Je me suis cassée une jambe en marchant sur une bille, ce qui n'a rien arrangé.

Je faisais de la kiné, tous les jours.

Vers 4 ans, j'en faisait trois fois par semaine. Le Kiné disait que j'étais une battante.

 

Aujourd'hui, je marche presque normalement mais je ne peux pas faire de trajet quotidien.

J'ai de multiples malformations, aux jambes.