Sur cette terre, il y a des gens plus éprouvés que d'autres. Des personnes pour qui la vie se résume à un véritable combat. Je fais partie de ces gens à qui il faut une vie, pour survivre.

Des personnes qui n'ont pas pu se construire un bel avenir. Des personnes pour qui la priorité à été de se construire et de se reconstruire, au fil du temps.

Mon combat a commencé à la naissance. Vu de la manière dont je suis née, complètement repliée sur moi-même, les médecins étaient convaincus que je ne survivrai pas. Et pourtant, au bout d'un mois d'observation, il se sont rendus à l'évidence que je n'avais pas d'organes internes de touchés.

En effet, il y a 45 ans, il n'y avait pas d'échographie.

Mon père était absent, à l'accouchement. Il était en voyage d'affaires.

Si il était arrivé à temps, les médecins auraient décidé de m'euthanasier. Mais il est arrivé le lendemain. Et là, les médecin ont demandé à mes parents : « On la sauve à tout pris où on laisse faire la nature ? » Mes parents ont choisi la nature...

Ça a été le début de ma vie de merde.

Si j'ai décidé d'écrire, c'est pour éviter de me perdre complètement.

On dit que ce qui ne tue pas, rend plus fort. Mais quand il y a trop d'épreuves, la vie se fragilise, et l'on accumule de plus en plus de troubles psychologiques. On y croit de moins en moins. On se fatigue et on se perd.

Aujourd'hui, je lutte pour réussir quelque chose.

Je vais vous transporter au cœur de ma vie et de mes passions.

N'hésitez-pas à Liker et à partager...
Merci à vous, les amis...

 

 

Pour me présenter, je m'appelle Cathy. J'ai 45 ans. J'ai une fille de 11 ans.

Je suis atteinte du syndrome d'Ehlers Danlos, une maladie du tissus conjonctif.

J'ai subi, à ce jour, 35 interventions chirurgicales.

 

Je suis une artiste peintre à la dérive...

 

Dans ce blog, je vais vous raconter comment on survit au handicap, erreurs médicales, à la perversion narcissique, au viol, aux accidents, aux hôpitaux psychiatriques, ...

J'espère que vous prendrez autant de plaisirs à lire que j'en ai pris à l'écrire.

 

Cathy.